Le Club Memori
Pour ceux qui veulent comprendre, maintenir et améliorer leur mémoire.
Vulgarisation scientifique, méthodes, trucs et astuces pour bien mémoriser.

Pouvez-vous vraiment améliorer votre mémoire ?

Une interrogation un peu étrange de ma part, non ? C’est que je rencontre encore pas mal de gens qui en doutent. Peut-être pas vous, mais allez donc savoir… Dernièrement, j’ai entendu: « on ne choisit pas la mémoire qu’on a, c’est comme ça !».  « Certains sont nés avec une mémoire de linotte. D’autres ont une  mémoire d’éléphant, on n’y peut rien.».

Eh bien si !

Je vous l’affirme: vous pouvez améliorer votre mémoire. Bien sûr, il faut l’entraîner un peu. Pas tant que ça, d’ailleurs. C’est surtout une question d’état d’esprit au départ. Faire travailler sa mémoire est habituel pour les élèves et les étudiants. Ensuite on change d’état d’esprit et les capacités de notre cerveau semblent décliner.

Retrouvez le bon état d’esprit et vous pourrez voir se développer rapidement votre mémoire. Ou plutôt vous retrouverez votre mémoire d’avant. Et elle n’aura pas trop de mal à se maintenir au top, de façon durable, et tout au long de l’année. Et c’est vraiment à la portée de tout le monde.

Alors oui, vous pouvez améliorer votre mémoire. Sans aucun doute. Il est toujours possible, et à tout âge, de se former des souvenirs durables. Vous pourrez toujours enregistrer efficacement les informations à retenir, même si vous avez perdu le pli. Dès lors que vous retrouvez l’intention de mémoriser, vous êtes dans le bon état d’esprit.

Vous aurez juste alors à mettre en pratique des moyen simples, des astuces mnémotechnique, par exemple. A faire des associations d’idées, à utiliser vos 5 sens, des mots-clés, toutes choses à votre portée sans trop vous compliquer la vie. Cet article est pour vous si vous voulez maximiser vos chances de réussite en matière de mémorisation.

Avant de passer à la pratique, faisons le point.

Où en est la recherche sur la mémoire humaine ?

Avant la recherche moderne, il y a eu les intuitions ou les observations pragmatiques des anciens. Quntilien et Cicéron sont souvent cités. Mais ils ne sont pas les seuls. Au moyen-âge, on peut citer Lulle, Trithème et encore d’autres.

Plus près de nous, disons depuis un bon siècle, la recherche scientifique s’en est emparée. Partout dans le monde, les plus grandes institutions scientifiques se sont attelées aux recherches sur la mémoire humaine. Et le progrès technique a fait que, ces dernières décennies, il y a eu des avancées considérables.

Celles-ci sont dues en grande partie aux progrès fulgurants de l’imagerie cérébrale.

Imaginez un peu : vous pouvez maintenant voir sur un écran toute la chaîne neuronale impliquée dans une opération de mémorisation. Vous pouvez voir aussi ce qu’il se passe pour le rappel de l’information. Vous pouvez même aujourd’hui observer individuellement ces neurones, c’est absolument fabuleux.

Grâce à ces nouvelles technologies, nous savons maintenant, par exemple, que le rappel utilise la même chaîne de neurones que celle qui a servi à enregistrer initialement l’information.

Et parmi les découvertes importantes, celle-ci: si vous faites une tâche fréquemment, la chaîne neuronale impliquée ne « s‘éteint » pas après usage. Au contraire, elle reste “en veille”.

Et encore cette autre: lorsque vous faites une opération mentale nouvelle, des connexions nouvelles se forment instantanément dans votre cerveau, dans les zones impliquées par la tâche. On les voit littéralement pousser.

Entre autres choses. Vous voyez les implications ?

Quelles sont les conséquences pratiques ?

A l’évidence nous avons là la confirmation scientifique de connaissances empiriques. C’est particulièrement vrai, par exemple, pour le traitement par lot et pour les répétitions fractionnées.

Le traitement par lots

Vous avez sûrement déjà remarqué que vous êtes plus efficace lorsque vous faites les choses en série.

C”est ça, le « traitement par lots ».Certains diront “en batch” pour faire plus savant.

Par exemple, vous passez tous vos coups de fil ; puis vous payez toutes vos factures ; ensuite vous faites vos courriers etc. En regroupant les tâches similaires vous gagnez en temps et en efficacité.

En effet, comme indiqué plus haut, le circuit neuronal affecté à votre tâche répétitive, reste en veille entre deux factures ou entre deux courriers. Il n’a pas le temps de “refroidir” et démarre au quart de tour. D’où la performance et la rapidité d’exécution.

Alors que si vous papillonnez d’une tâche à une tâche d’une autre nature, chaque nouveau circuit impliqué démarre à froid. Et cela est vrai pour toutes les opérations cognitives. Tous les tests montrent bien que « mémoriser en série » est bien plus efficace et rapide.

Cela ne veut pas dire qu’il ne faut pas faire de pauses. Au contraire, elle est souhaitable quand vous passer d’un “lot” à un autre. Autrement dit, quand vous  passez d’une série de tâches à une série d’une autre nature. Pendant un apprentissage, la seule chose que vous pouvez intercaler entre deux séries…. c’est une petite pause.

Mais surtout pas de téléphone, de SMS ou de notifications Facebook ou autres.

Les répétitions espacées

Pour mémoriser, on n’a jamais réussi à se passer de la répétition. On sait désormais pourquoi. Cette observation empirique est évidemment justifié par le maintien en veille des circuits entre deux répétitions.

Mais ça va plus loin que ça. Figurez-vous que chaque répétition génère une mise  en veille plus longue que la répétition précédente. Et c’est cumulatif. Imaginez par exemple une minuterie qui vous donne une minute de lumière.

Si vous ré-appuyez sur le bouton et elle vous donne 3 minutes supplémentaires. Si vous ré-appuyez encore vous obtenez une prolongation de 10 minutes. La fois suivante, vous gagnez une demi-heure, et ainsi de suite…

Eh bien,les répétitions espacées, c’est un peu ça. Chaque répétition génère un temps de veille plus important que la répétition précédente. Cela vous amène à une stratégie d’apprentissage. Des répétitions (des relectures par exemple) fréquentas au début et de plus en plus distantes ensuite. Cela avait été découvert par Hermann Ebbinghaus il y a  plus d’un siècle.

Mais vous aurez toujours besoin de vous “rafraîchir la mémoire” de temps en temps. C’est incontournable.

Si vous êtes étudiant, notez que la plupart du temps vous faites le contraire. Vous avez tendance à survoler les cours au début de l’année et à faire de la révision de plus en plus intensive à l’approche de l’examen… c’est totalement contre-productif ! Un bon moyen d’améliorer votre mémoire, en fait le rappel des informations stockées, c’est d’inverser votre pratique…

Favoriser la mémorisation en utilisant les bonnes stratégies ne concerne évidemment pas que les étudiants loin de là. Tout le monde est concerné. Si vous voulez améliorer votre mémoire, retrouver la pleine capacité de votre cerveau, favoriser votre concentration, et même globalement stimuler vos performances cérébrales (il n’y a pas que la mémoire dans la vie), vous devriez jeter un coup d’œil à ce qui suit…

Quels sont les autres moyens pour améliorer
votre mémorisation ?

Il y en a vraiment beaucoup… Il n’y a pas que les répétions espacées dans la vie. Toutes les études convergent là-dessus: vous pouvez améliorer votre mémoire de multiples façons. Je vais vous donner quelques exemples.

Je vous préviens: vous risquez d’être incrédule en lisant cette liste. A tort, car tout est largement prouvé par des équipes scientifiques sérieuses. Mettez votre scepticisme en berne et lisez plutôt cette liste d’une seule traite et sans respirer… on verra après !

Vous pouvez améliorer votre mémoire :

  • En dormant (mais oui !)
  • En utilisant des moyens mnémotechniques
  • En vous oxygénant (promenade, randonnées, pas obligatoirement du sport…)
  • En contrôlant votre alimentation (si, si)
  • En étant plus attentif, en améliorant votre concentration
  • En faisant des jeux adaptés (Non, pas ceux du professeur Kawashima…)
  • En faisant l’amour (mais si mais si, c’est tout ce qu’il y a de plus sérieux)
  • En fuyant la routine, en vous intéressant à des choses nouvelles
  • En développant de nouvelles routines (aussi !)
  • En utilisant des indices de récupération
  • En étant bavard (Eh oui !)
  • En rêvassant (pas mal non plus celle-là)
  • En ayant une vie sociale riche
  • En supprimant l’alcool et le tabac (et certains “produits”)
  • En lisant à haute voix
  • En pratiquant la méditation (ou la relaxation, ou la cohérence cardiaque…)
  • En mangeant du chocolat…

Et il y en a encore bien d’autres. Evidemment, tous ces moyens n’agissent pas de la même manière; Ils ont des effets différents.Ils concernent des mémoires différentes. Mais ils se potentialisent les uns les autres.

J’ai développé quelques-uns de ces moyens dans l’article précédents “Et si les activités de vacances pouvaient booster votre mémoire ?”. Je vous le recommande… C’est une façon de vous montrer que vous pouvez améliore votre chaîne mnésique en vous amusant, en vous  détendant et en vous faisant plaisir. Les vacances sont idéales pour ça, non ?

C’est bien beau mais comment ça marche ?

Laissez votre incrédulité de côté. Il y a une explication à tout… Je ne donne pas toujours mes sources (pour ne pas alourdir a lecture) mais je fais de la vulgarisation scientifique rigoureuse. Tout est vrai dans cet article… et même dans les autres !

Par exemple, vous oxygéner aura un impact général sur votre cerveau. Entre autre, cela vous permet ensuite de mieux vous concentrer. Or, favoriser la concentration, c’est favoriser la mémorisation à long terme. Évident…

Autre exemple : les études de laboratoire montrent que vous retenez sans peine ce que vous dites. C’est encore mieux si vous le dites à quelqu’un. Et vous battez tous les records si en plus vous êtes intéressé, passionné ou impliqué. C’est pourquoi être bavard, avoir une vie sociale riche est si bon pour votre mémoire. Élémentaire…

Par ailleurs il a été vérifié que les troubles courants de la mémoire viennent assez souvent d’une hygiène de vie inadéquate. Ne vous étonnez pas si on vous parle d’alcool et de tabac. Ou, au contraire, de manger des oméga 3 ou des antioxydants.

Tout est logique, tout est vrai dans cette liste. Et même le plus étonnant, le lien entre les relations sexuelles et la mémoire à long terme par exemple. Comment cela s’explique-t-il ? Par la dopamine  et l’ocytocine libérée pendant l’activité sexuelle.

La première favorise le développement de nouvelles cellules dans l’hippocampe qui est la porte d’entrée de la mémoire.

La seconde est souvent appelée “hormone de l’amour”. Mais ce n’est pas tout… Elle favorise aussi le lien social (qui favorise à son tour la mémoire, voir  “un truc infaillible pour mémoriser: soyez bavard” ) et elle a aussi un effet anti stress. Lequel stress est l’ennemi juré de votre mémoire.

Le “comment ça marche ?” n’a donc pas de réponse unique. Pour le lien entre chocolat et mémoire l’explication est tout autre évidemment. Chacun des 17 moyens listés ci-dessus a naturellement sa propre explication.

Combien avez-vous de mémoires ?

Ah oui, c’est vrai, vous ne saviez peut-être pas que vous aviez plusieurs ? J’y ai fait allusion une peu plus haut  Eh bien oui, nous avons différentes mémoires spécialisées.

Par exemple:

  • Mémoire à court terme
  • Mémoire à long terme
  • Mémoire sémantique
  • Mémoire lexicale
  • Mémoire iconique
  • Mémoire auditive
  • Mémoire implicite
  • Mémoire procédurale
  • Mémoire motrice
  • Mémoire spatiale
  • Mémoire imagée
  • Mémoire épisodique
  • Mémoire des visages
  • Etc

Je ne vous les donne pas toutes ici. Mais si vous voulez en savoir plus voyez à ce sujet l’article “Combien avez-vous de mémoires: 2, 7 ou 12 ?

Les moyens indiqués dans la première liste vont agir sur l’une ou sur l’autre de ces mémoires. Mais il serait illusoire de ne travailler que sur la mémoire à long terme ou que sur la mémoire auditive, par exemple..

C’est vrai, il existe des exercices spécifiques pour chacune d’elle. Et, certes, toutes ces mémoires ont leurs propres circuits cérébraux. Mais elles partagent aussi des connexions. Elles sont des sous-circuits en commun. Elles travaillent la plupart du temps en synergie.

Il est dons préférable de faire de même pour améliorer.vos performances mnésiques .Ne cherchez donc pas à booster une mémoire en particulier. Recherchez plutôt une amélioration globale. Quitte à insister juste un peu plus sur les points fables.

Passez à l’action !

Voici une excellente ressource…

Si vous voulez vous y mettre, si vous voulez en savoir plus sur les tenants et les aboutissants, vous pouvez l’ensemble de ce blog.  Vous êtes déjà dessus…je vous suggère de continuer. C’est un excellent blog, j’en sais quelque chose: c’est moi qui le fait !

Sur le plan de la vulgarisation scientifique c’est souvent du costaud. Mais facile à comprendre. Tandis que les articles pratiques vous donneront, eux, le pas à pas, pour vous améliorer.

C’est ainsi que vous pourrez apprendre à :

Etc.

Tous ces articles vous expliquent comment faire. Les articles de vulgarisation scientifique vous expliquent clairement que la mémoire, c’est toute une chaîne, depuis la perception jusqu’au rappel du souvenir. .

Je distingue à ce sujet la séquence neurologique et la séquence cognitive.

Voici la séquence neurologique : perception, transmission de l’information, stockage, intégration, rappel… Sur celle-ci, vous ne pouvez avoir qu’une influence indirecte. Par exemple, une bonne alimentation et une bonne hygiène de vie lui sera favorable.

Et voici la séquence cognitive : attention, concentration, intégration, consolidation, rappel. Celle-ci est sous votre contrôle direct. C’est le domaine par excellence de l’amélioration volontaire de vos performances mnésiques.

Est-e que c’est vraiment si facile ?

Affirmatif ! Faire travailler sa mémoire n’a rien d’un travail de force. Le cerveau n’est pas un muscle et on ne va pas faire de la musculation !

La plupart des voies d’amélioration sont très simples à mette en oeuvre. Par exemple, vous oxygéner régulièrement, ce n’est quand même pas compliqué ! Simplement marcher peut suffire… Les moyens mnémotechniques sont souvent très simples. Aussi simple que “mais ou et donc or ni car”, “les stalagMites Montent et les stalacTites Tombent”, par exemple.

La méthode du chaînage est très facile et plutôt amusante. Les enfants y arrivent sans difficulté aucune. La méthode du parcours est aussi à leur portée, c’est dire. Vincent Delourmel, un mnémoniste célèbre, présente en ce moment une vidéo où l’on voit une enfant de 5 ans retrouver ainsi, de tête, une liste disparate de 20 items ! Et vous, quel âge avez-vous ?

Faire des activités nouvelles (physiques ou mentales) densifie énormément les connexions dans les zones concernées de votre cerveau. La connectivité cérébrale s’améliore sans avoir rien à faire de plus ! Et quand la connectivité est plus grande, les opérations mentales sont plus rapides, vous êtes plus efficace et vous améliorez votre mémoire. Vraiment pas dur !

La seule chose qui pourrait être moins facile pour vous, c’est améliorer votre attention, votre concentration. Reportez-vous à mon article sur ce sujet et vous verrez que ce n’est pas si compliqué. Et puis, faites donc de la cohérence cardiaque. Vous serez étonné de son efficacité pour vous sentir zen. Mais je parie que vous le serez encore plus quand vous verrez votre capacité d’attention s’améliorer. Et en faisant quo ? En respirant… Difficile de trouver plus simple !

CONCLUSION

Ce sera rapide. La devise du blog et du Club Memori est simple: Il s’agit de comprendre, entretenir et améliorer votre mémoire… C’est tout… Et c’est tout un programme ! Mais il y a une condition pour que vous puissiez vraiment améliorer votre mémoire rapidement: passez à l’action, appliquez, appliquez, et encore appliquez !

C’est tout.